Vendredi 20

SALLE DE L’ORATOIRE – 6 Bis rue Albert 1er, 17000 La Rochelle

8H30 – Accueil des congressistes

Frédéric TORDO

9H Psychopathologie du sujet contemporain : tous des états-limites ? Conférence de Frédéric TORDO, Psychologue clinicien, Docteur en psychologie clinique, Chercheur et fondateur du DU Cyberpsychologie clinique et Psychopathologie contemporaine (Université Paris-Cité) : frederic.tordo@gmail.com

« Nous sommes actuellement témoins d’une rupture anthropologique fondamentale. L’ère contemporaine est marquée par un déclin de l’influence des mythes religieux en Occident et des normes symboliques et sociales, ainsi que par l’émergence de nouvelles expressions subjectives. L’individu moderne vit dans deux mondes : une réalité physique et une réalité numérique et technologique. L’interaction incessante entre ces deux mondes finit par constituer, dans son esprit, la représentation d’un seul et même monde. Cette articulation, qui relie le physique et le numérique, bouleverse les repères traditionnels et en crée de nouveaux. Le sujet contemporain peut ainsi être considéré comme un « hybride », un « cyborg » dont la vie psychique est constamment en interaction avec le monde numérique. De nouvelles formes d’existence et de nouveaux troubles psychiques ou configurations subjectives inédites apparaissent. Nous observons des individus ressentant un vide prononcé et une certaine errance dans le processus de subjectivation. Ces dédoublements dans les espaces numériques ne sont certainement pas étrangers à ces phénomènes, mais ils ne doivent pas occulter les dynamiques d’effacement des divisions internes à l’œuvre dans les sociétés marchandes, selon des logiques de réification. Cependant, ces bouleversements font-ils de tous les individus des états-limites ? Peut-on envisager une différence, y compris conceptuelle, entre le sujet contemporain et le patient limite, à la lumière de tous ces bouleversements ? Quelle place la relation aux technologies peut-elle avoir dans cette distinction ? »

Tordo, Frédéric. Le Moi-Cyborg. Psychanalyse et neurosciences de l’homme connecté. Dunod, 2019

Tisseron, Serge, et Frédéric Tordo. Comprendre et soigner l’homme connecté. Manuel de cyberpsychologie. Dunod, 2021

Tisseron, Serge, et Frédéric Tordo. Pratiquer les cyberpsychothérapies. Jeux vidéo. Réalité virtuelle. Robots. Dunod, 2022

Pascal MALLET

11HUn environnement numérique très prégnant favorise-t-il l’élaboration mentale à l’adolescence ?Conférence de Pascal MALLET, Professeur de psychologie du développement, Université Paris Nanterre, membre du laboratoire Éthologie, Cognition, Développement.

« La facilitation des interactions sociales par les médias numériques et l’accès qu’ils permettent à d’infinies ressources apparaissent propices à l’épanouissement personnel. Mais jusqu’en haut lieu on s’alarme de dangers liés à la consommation croissante de produits numériques par les enfants et les ados : addiction, dilection pour les expériences audiovisuelles de violence et la pornographie, déscolarisation, harcèlement… Des aréopages de savants formulent des recommandations. Par exemple dans Enfants et écrans. À la recherche du temps perdu, rapport remis au Président de la République en avril 2024, les auteurs en appellent à « favoriser des usages qui redonnent toute leur place, en transparence, à l’expression et au respect de l’intention des utilisateurs, a fortiori des jeunes » (p. 76). On peut en effet se demander si, au-delà des divers dangers particuliers, il n’y a pas celui, plus général, que se réduise la possibilité pour les enfants et les ados de mettre leur grain de sel dans les décisions qu’ils sont amenés à prendre concernant leur présent et leur devenir. »

Raphaële Miljkovitch & Caroline Beauvais (Eds.) L’élaboration mentale. Comprendre les mécanismes qui sous-tendent la santé mentale (pp. 79-88). 2021, Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson.

12H00 – PAUSE DÉJEUNER

Alice ROUSSEAU

13H30 – L’approche en psychothérapie institutionnelle à Saumery : penser la pédagogie comme un soin psychique. Conférence de clôture du Dr Alice ROUSSEAU, Psychiatre et psychothérapeute à la Clinique de Saumery. Membre du club thérapeutique de Saumery.

« La clinique de Saumery compte parmi les trois cliniques de psychothérapie institutionnelle du Loir-Et-Cher, aux côtés de la clinique de Laborde et de La Chesnaie. En 2009, cette clinique a orienté son projet en faveur de la jeunesse en ouvrant une unité « soins et intégration scolaire » pour les adolescents à partir de 15 ans, qui propose un projet pédagogique individualisé articulé autour des problématiques psychiques et pensé en tant que moteur de soin.

Le « refus scolaire anxieux » y est accueilli comme un symptôme s’exprimant sur la scène de l’école, symptôme qu’il s’agit d’écouter en tant que « signe que quelque chose ne va pas », et quelque chose qui peut aussi ne pas concerner les apprentissages ni l’école. L’institution « école » se fait caisse de résonance de la souffrance des jeunes, d’une souffrance qu’ils ne peuvent pas dire autrement qu’en interpellant, en inquiétant ou en disparaissant. 

À Saumery, les jeunes déscolarisés sont accueillis au sein d’un collectif de soignés dont la mixité et l’hétérogénéité en termes d’âge et de problématique permet la remise en question, la rencontre avec l’altérité devenant un facteur d’ouverture des relations entre le normal et le pathologique. Les uns et les autres se questionnent, révisent leurs préjugés, leurs symptômes. Le soin des adolescents se propose de respecter « le temps psychique » et laisse aux jeunes patients la possibilité de prendre le temps de retrouver le chemin de leur curiosité et de leur désir d’apprendre. Ce temps est très individuel et apparaît comme nécessaire pour que ces jeunes sujets se réapproprient leur capacité à chercher par eux-mêmes, à se sentir à nouveau des « personnes », mus par des questionnements et des intérêts bien à eux. En 2020, la clinique de Saumery a participé au projet de réflexion autour du « Lycée Utopique » coordonné par l’association l’Autre Lycée et visant à solliciter le point de vue et la créativité des jeunes personnes directement concernées par ces questions. Ce fut l’occasion pour beaucoup d’adolescents « traumatisés » par l’école de retrouver le sentiment d’appartenir à la cité et de se réapproprier leur pouvoir sur eux-mêmes en tant que sujets et citoyens. »

15H – Présentation des JNE 2025 et discours de clôture des JNE 2024